jeudi 2 juillet 2015

Spitzberg

Carnet de voyage au Spitzberg (Svalbard)

Depuis plus d'un an nous avions réservé, cette croisière au Spitzberg sur Le Boréal, avec évidement  l'espoir de voir des ours sur la banquise.
Pour ceux (nombreux je le sais) qui se posent la question : mais c'est où le Svalbard ? voici quelques explications.
En Français on a l'habitude de dire Spitzberg alors qu'en réalité le Spitzberg n'est qu'une île de l'archipel du Svalbard. Si vous cherchez le Svalbard sur une carte (si si vous allez le faire) vous partez de Paris, vous allez tout droit vers le Pôle Nord, vous tournez à droite à 1200 km du pôle et vous croiserez l'archipel du Svalbard. Confirmation sur Google Earth...


 Le voyage jusqu'à Longyearbyen (départ de la croisière) a été un peu compliqué. En France c'est la canicule et hier quand nous sommes arrivés à Paris, gare de Lyon, le thermomètre indiquait 40°c (exceptionnel à Paris). De plus, dans la gare, un bagage était abandonné et la police appliquant les règles "vigipirate" évacuait la gare. Au lieu du passage en sous-sol, nous nous sommes donc retrouvés à attendre un taxi, sur le parvis de la gare, dans une queue interminable. Ensuite tout se passe bien, jusqu'au lendemain.
Dès 8 h, nous nous présentons au guichet d'enregistrement des bagages, au contrôle des bagages à main, à la salle d’embarquement, notre avion est prévu pour 10 h ...


l'avion de Transavia est bien là ...



... mais il n'y a pas d'équipage !
10 h passe et on nous annonce un départ à 10 h 30, puis 11 h, 11 h 30 puis ... personne ne sait !
Enfin à 12 h 30 nous embarquons pour un décollage à 13 h . Le Commandant de bord nous explique ce qui se passe : Le plan de vol a été refusé car il y a des manœuvres de l'OTAN au dessus de la Norvège. Donc, nouveau plan de vol, acceptation de ce nouvel itinéraire par les norvégiens, nouveau créneau pour décoller d'Orly ... retard de 3 h. Le vol se passe très bien.
On survole Billancourt où l'on repère la Seine, l’île Seguin, au loin le Parc des Princes  ...


Ensuite nous sommes au dessus des nuages et nous ne voyons pratiquement rien de la Belgique ni de la Norvège, mais en descendant sur Longyearbyen ...






et pendant l’atterrissage ...




L'aéroport de Longyearbyen au Svalbard où il fait à peine 4°c ...




Des bus nous emmènent en 10 min au port où le Boréal est à quai ...




Sur la webcam du port que je suis depuis plusieurs mois (merci Toilapol) on le voit très bien ...


Nous arrivons et nous sommes accueillis par le Commandant ...


à 17 h 45, nous sommes sur le balcon de notre cabine et nous téléphonons à la famille, face à la webcam (merci Candice).
Super la technologie quand même !


Nous avons raison d'en profiter, car ensuite vers le Nord il n'y aura ni téléphone ni internet. Le bout du monde !
La vue depuis la cabine, côté port ...


dans la cabine, l'écran du "CruiseShow" ...




et sur MarineTraffic (merci à Candice)...




Après un verre de Champagne d'accueil et une petite conférence d'information, nous exécutons l'exercice d'abandon du navire, obligatoire au début de chaque croisière. Le Boréal appareille pendant le dîner. Ensuite on nous donne nos parkas rouges et nous allons nous coucher. Il va falloir s'habituer à dormir avec de la lumière.


Lire la suite du voyage : Bellsund